Perigord noir

 

Sans titre

 

 

 

 

 

 

Au confin du Périgord noir, surgit sur une butte la silhouette massive d'un château, celui de Hautefort. Des alentours, on ne voit que lui, fusionnant harmonieusement avec le village.

Hautefort se situe à 26 kilomètres au nord de Montignac. Pour voir la carte : cliquez ici

A voir :

Le château de Hautefort :

Le Château de Hautefort est membre de la Demeure Historique, des Vieilles Maisons Françaises et de la Route des 1001 châteaux du Périgord. 

Outre ses jardins anglais et français, le Jardin de Hautefort est connu pour son élégante terrasse, plantée de buis et d'ifs taillés en colonne. Les jardins, classés Monuments Historiques, participent aujourd’hui de manière majeure à la renommée du domaine et au plaisir de ses visiteurs. De la terrasse, on saisit tout l'intérêt stratégique du site qui domine les collines sur plus de 10km à la ronde.
Le château superpose avec bonheur différentes époques : une forteresse et un chemin de ronde rapellent la fin du Moyen Age, le reste date du XVIIème siècle. La puissance et la majesté de l'édifice apparaissent avant même que l'on y pénètre. De hautes murailles et  des tours à encorbellement encadrent un robuste pont-levis.

A l'intérieur : La tour de Bretagne, dont les fondations remontent au XIVème siècle, est couverte d'une magnifique charpente de châtaignier, œuvre des compagnons du Tour de France. La salle de réception de 250m², avec deux cheminées  monumentales (en noyer) qui se font face, en fait une des pièces les plus somptueuses du château, le salon des tapisseries avec quatre tapisseries datant du XVIème siècle. Les souterrains, superbement voûtés, menaient aux cuisines en sous-sol. Durant la Seconde Guerre Mondiale, ils servirent d'abri pour les vitraux des cahédrales de Colmar, Strasbourg, Mulhouse et Nancy.

Ouverture :
Avril-Juin et Septembre : ouvert tous les jours  10h-12h et 14h-18h
Juillet et Août : 9h30-19h
Fév-Mars, Oct-Novembre : 14h-18h
Fermé en Décembre et Janvier


 © Image de Philippe Boite

 

 

Ancien Hospice - Musée de la Médecine :

Edifiée sur la place du village au sud du château, l'ancienne chapelle dépendait d'un hospice fondé par les Hautefort en 1669. Le bâtiment abrite aujourd'hui le musée de la Médecine.
La première salle reconstitue une salle de malades du 17ème et 18ème siècle avec les lits et outils de l'époque, une salle consacrée à l'art dentaire de 1870 à nos jours et une trés interessante exposition sur les grandes découvertes de la médecine.

Ouverture :
Ouvert tous les jours Juin à Septembre : 10h-19h
Avril-Mai et Octobre : 10h-12h et 14h-18h, fermé le week-end
Visite libre ou guidée.

Histoire :

Depuis l'Antiquité, le site de Hautefort a toujours attiré les hommes de guerre.
L'origine de l'ancienne forteresse remonte au début du moyen-âge. Le premier texte relatant l'existence de celle-ci date de 987. A cette époque, on parle d'une puissante forteresse, dite ''inexpugnable'' qui, de mémoire d'hommes, aurait toujours existé !

 Demeure de Guy de Lastours, qui s'est illustré à la première croisade, le château devient ensuite la seigneurie du célèbre troubadour Bertran de Born, dont les frasques, le tempérament et les ''sirventès'' (chants) lui valurent bien des péripéties. Dante a d'ailleurs immortalisé Bertran en le représentant, dans la ''Divine Comédie'', errant en enfer, sa tête à la main.
Au pied du château, le village a d'abord connu un faible développement. Au XVIIème siècle, lorsque le Marquis Jacques-François de Hautefort transforme le vieux château pour en faire un pur joyau de l'architecture Classique-Renaissance, le village sort alors de son sommeil.
La construction, par le Marquis, d'un hospice destiné à accueillir les pauvres et leur apporter quelque éducation, n'est sans doute pas sans rapport avec le développement du village.
Par la suite, le Baron Maxence de Damas contribua à tisser des liens étroits avec la population. Chaque année, il donnait une fête au cours de laquelle tous les habitants étaient invités et recevaient de magnifiques cadeaux.

De nos jours, cet attachement au château perdure et se retrouve dans l'histoire locale.
A la révolution, les habitants d'une commune voisine créèrent une milice pour venir détruire Hautefort ; les hautefortais eurent vent du complot, fondirent leurs bronzes et leurs cuivres pour fabriquer des armes et s'opposer à ce projet.
Plus récemment, en 1968, après l'incendie qui ravagea l'édifice, l'élan de solidarité et de générosité qui s'exprima à l'égard de la Baronne de Bastard, montra à nouveau l'attachement que Hautefort ressent pour son château.
L'une des particularités de Hautefort est sa prédisposition à voir naître et accueillir des hommes de culture, artistes, poètes ou écrivains comme Eugène Le Roy (auteur de Jacquou le croquant) né en 1836 au château de Hautefort, fils d'un couple de domestiques du baron de Damas. 

 

 

Le Périgord Noir