Perigord noir

 

Sans titre

 

 

 

 

A la "Grotte sous Fénelon", là où vécut pauvrement Sainte Mondane, la pieuse mère de Saint Sacerdos, le patron de Sarlat au XIe siècle, se retrouvaient souvent, pour d'innocents entretiens, la châtelaine du lieu Gisèle-Yolande de Beynac, épouse du Sire de Fénelon, violent et querelleur, et son jeune page, Guy de Vivans de Castelnaud.

Hélas, un soir, le châtelain jaloux, ivre au retour d'une chasse, surprend les deux amoureux, poignarde le page, puis glissant dans la rivière, s'y noie accidentellement.

Que fera Gisèle désormais seule et désespérée ? Elle détache une barque, y place le corps du malheureux page, y monte elle-même et livrant la barque au courant, glisse avec lui dans la mort. Des bateliers enterrent plus tard leurs corps rejetés miséricordieusement par le fleuve.

Mais chaque mi-avril, à la "Grotte sous Fénelon", deux apparitions surgissent : elles viennent prier pour le repos de l'âme du méchant Sire de Fénelon, qui dort sans sépulture dans le vert suaire de la Dordogne.

  

 

  

 

Le Périgord Noir