Perigord noir

 

Sans titre

 

 

 

 drapeau occitan

 

 

L'occitan, ou langue d'Oc, est parlé sur un espace géographique couvrant 32 départements du Sud de la France, 12 vallées des Alpes Piémontaises en Italie et le Val d'Aran en Espagne.
L'occitan que nous appelons ici "le patois" est dit "nord languedocien" car parlé du sud du Sarladais jusqu'à la Vézère. Au-dessus de cette limite, on entend l'occitan "limousin".

En mille ans d'existence, la langue d'oc a ainsi façonné les gens  de ce pays mais aussi le pays lui-même. La quasi-totalité des noms de lieux-dit font partie du lexique occitan. Par exemple : La Garrigue, La Cassagne, Le Pech, ... Les noms de famille eux aussi sont à grande majorité d'origine occitane : Delpech, Trémouille, Bouyssou ...

Signification du drapeau occitan :


Périgourdine

Le drapeau occitan est rouge avec une croix de Toulouse jaune au centre et une étoile jaune à sept branches dans le canton. L'étoile a été rajoutée sur le drapeau dans les années 1970, sur proposition de François Fontan et du Parti Nationaliste Occitan. Elle représente l'unité du territoire de langue occitane qui comprend sept régions historiques: la Gascogne, la Guyenne (Aquitaine), le Languedoc, le Limousin, l'Auvergne, le Dauphiné et la Provence. L'étoile est aussi le symbole des Félibriges qui ont sainte Estelle comme patronne. Une variante montre l'étoile dans le battant supérieur

Histoire :


Bertrand de Born

C'est au début du Moyen Age que l'utilisation de la Langue d'oc (ou occitan) se diffuse dans le sud de la France. Elle est issue d'une évolution particulière au latin et devient une des premières langues littéraires que les Troubadours font connaitre largement dans toutes les cours européennes importantes de ce temps. Langue riche et raffinée qui perdure de nos jours, le Périgord Noir a vu naître un Troubadour de renommée internationale : Bertrand de Born, seigneur d'Hautefort. Mais des troubadours moins célèbre connaissent une bonne renommée : Giraut de Borneil, Aimeric de Sarlat,  Elias Cairel,  Giraut de Salignac,Uc de la Bachellerie ...

A partir du XIVème siècle, l'occitan représente la langue de communication majoritaire. L'édit de Villers-Cotterêts, en 1539, lui fera perdre sa place écrite, décrétant que l'on ne devait employer dans le royaume de France"nul autre langage que le langage maternel françois". Il continuera cependant à être parlé majoritairement.

C'est à partir de 1881, avec les lois Jules Ferry sur l'enseignement, que sera mis en place, dans l'enseignement primaire, un système de répression des langues régionales. L'occitan restera toutefois profondément enraciné dans les campagnes et même dans les villes jusqu'à la première guerre mondiale.

Pourtant, la culture occitane reste une composante essentielle de l'identité Périgourdine. C'est cette réalité qu'il faut connaitre pour bien mesurer l'importance de la langue dans le pays. Aujourd'hui, selon une étude initiée par le Conseil Régional en 1997, 54% des Périgourdins comprennent la langue d'oc et 34% la parlent encore, pourcentage révélateurs d'une solide implantation dans la population.

Preuve d'un renouveau pour cette langue, les fêtes traditionnelles occitanes connaissent un franc succés : la Félibrée qui change de lieu chaque année, la Ringueta à Sarlat (fête des jeux traditionnels occitans)

Ainsi, les foules se balancent en suivant l'hymne occitan : "Se canta, que cante ! canta par per io ..."

Info :

felibree au Bugue en 1922
Félibrée du Bugue en 1922

Vous pouvez écoutez quelques chroniques en langue d'oc sur Radio France Bleue Périgord

  

 

Le Périgord Noir