Perigord noir

 

Sans titre

 

 

 

 
 

 

Saint Cyprien se trouve à 21 kilomètres à l'ouest de Sarlat. (voir la carte :cliquez ici)

Saint Cyprien, cité médiévale, charme le visiteur par l'harmonie de ses vieux toits pentus blottis autour de son église abbatiale.

A voir :

La vieille ville :

 


 © ludo verhoeven

 

L'église abbatiale : bâtie aux 12ème et 13ème siècles, présente un imposant clocher visible à des kilomètres à la ronde. La rosace et les vitraux sont gothiques et l'intérieur a été meublé au 17ème siècle (voyez notamment les 32 stalles et l'orgue). Le monastère ne se visite pas.

De l'église, les ruelles s'enroulent autour de la colline. Préservée, cette partie du bourg est très belle, en particulier la rue de la Justice-de-Paix et la place des Oies, bordées de vastes maisons témoignant de la prospérité passée des Cypriotes.

 

 Info :

Grand marché le dimanche matin.

Histoire :

Vers l'an 620, un ermite du nom de Cyprien s'installe dans une caverne dominant la Vallée de la Dordogne, il attira d'autres religieux et formèrent ainsi une communauté monastique. Les invasions barbares, à partir de 848, obligent les religieux à s'entourer de remparts, comme en témoigne son énorme clocher-donjon, ancienne tour de guet.
Au Moyen Age, l'abbaye de Saint-Cyprien rayonne sur les terres alentour, riche de l'exploitation des bords du fleuve. Installé en léger retrait par rapport à la Dordogne, à flanc de coteau, le bourg constituait un poste stratégique pour l'observation du trafic fluviale.
Le bourg sera ravagé par les Vikings, les Anglais, les Français, les catholiques et les protestants. Le château de Fages, au dessus du bourg est détruit en 1568, ce sera la dernière étincelle de son histoire. A partir du 18ème siècle, Saint-Cyprien, dont l'abbaye et son église ont été saccagées pendant la Révolution, sombre dans l'oubli.

 


 © ludo verhoeven

 

 

Le Périgord Noir